Une collection exceptionnelle !

Robe de soirée à corsage baleiné

Robe de soirée à corsage baleiné

http://www.dailymotion.com/video/xf9y02_la-mode-au-19eme-siecle_news#.UW_ZVMqHM1c

 

C’est une vidéo que nous avons choisi de vous présenter dans cet article. Nous l’avons trouvé par hasard en tapant « mode au XIXème » dans le moteur de recherche Google. Elle se trouve dans l’hébergeur de vidéos français, Dailymotion. Il a été crée par des français pour concurrencer Youtube, l’hébergeur de vidéos américain en rapport avec Google.

Ce site internet rassemble un grand nombre de vidéos classées par termes. Pour en trouver une sur un thème précis, il faut taper des mots clés dans le moteur de recherche qui se trouve en haut de la page. Plusieurs propositions sont alors faites au visiteurs. Il se peut par ailleurs qu’à un mot clé ne corresponde aucune vidéo. Dans ce cas cela est précisé.

La typographie du site est agréable, épurée et claire. Il est facile de se retrouver sur cette ressource, de même que d’y faire une recherche. En revanche, on trouve aussi un grand nombre de publicité qui s’affichent à chaque ouverture de page, qui sont parfois difficiles à fermer. Ces publicité doivent provenir de sponsors mais leur présence peut parfois rebuter le visiteur.

Cette vidéo peut aussi se trouver sur la plate-forme Youtube mais nous avons choisi d’analyser le site Daylimotion, ainsi nous avons choisi cet hébergeur pour vous présenter cette vidéo.

Nous avons trouvé dans cet hébergeur une vidéo intéressante : elle relate en 2 minute une exposition de costumes d’époque mise en place par Marina Ivanova, une Ukrainienne, qui a passé une grande partie de sa vie à créer cette collection en achetant ces costumes. À chaque fois qu’elle en trouvait un qui l’intéressait, elle l’achetait d’où le grand nombre de pièces qui ornent cette compilation. En effet, elle comprend 3 douzaines de robes, une centaine de chapeaux, de sacs et enfin une douzaine de parapluies. Cette femme ne s’est pas contenté de rassembler des robes mais y a associé aussi des accessoires. C’est une passion qu’elle a depuis longtemps. Durant ce petit reportage, elle nous relate aussi des anecdotes en rapport avec certaines de ses robes. Elle a pour but d’ouvrir un musée pour y exposer en permanence son importante collection.

En deux minutes, ce reportage nous apporte le maximum d’information sur cette collectionneuse, le contenu de sa collection, l’exposition qu’elle a organisé et quelques avis des visiteurs. Pour marina Ivanova, c’est important de pouvoir partager sa passion avec le public d’où son envie de créer un musée.

Mêmes si les informations délivrées ici sont assez succinctes et qu’il nous faudra approfondir nos recherches pour trouver plus de contenu sur la mode au cours du XIXème siècle, les images qui nous sont proposées sont uniques, car la collection elle même est unique. C’est une occasion inespérée de pouvoir découvrir de nos propres yeux des robes ayant appartenu aux tendances du XIXème siècle et qui sont arrivées jusqu’à nous.

Le cheveux dans le XIXème siècle

Joseph Stieler, Caroline, comtesse d'Holstein, 1835

Joseph Stieler, Caroline, comtesse d’Holnstein, 1835

Nous avons évoqué à peu près tous les sujets en lien avec la mode vestimentaire des femmes dans la peinture. Mais la mode ne s’arrête pas à l’habit, les coiffures de ces dames changent également en fonction des différentes modes que le XIXe siècle a vu défilées. Le cheveux dans le XIX siècle retrace donc les effets, souvent très sophistiqués, des coiffures féminines et masculines, en s’appuyant sur quelques peintures et gravures.

Lorsque nous arrivons sur la page qui nous intéresse, le titre du blog s’affiche en lettres décalées ce qui donne un côté brouillon dès l’entrée du site. Une musique, l’impromptu n°3 de Franz Schubert, se met immédiatement en marche. Sur la barre latérale gauche se trouve un sommaire comportant les différents âges de la coiffure dans le temps, de l’antiquité jusqu’au XXe siècle. A chaque période correspond un style de musique, par exemple pour le cheveu préhistorique un son de tam-tam nous souhaite la bienvenue. Amusant au début, la musique devient gênante car elle se réitère toutes les 5-10 minutes.

La typographie choisie, bleue soulignée pour le sommaire et les informations de langue, renvoie à la forme des premiers sites internet. Mais ce blog se veut tout de même à portée internationale puisque sept langues sont proposées. Par cela il acquiert une certaine prestance car chaque page a dû être traduite. Des publicités concernant les cheveux et l’histoire défilent sous la barre des langues. La publicité est optionnelle dans les blogs/sites, elle divertit l’utilisateur de son but premier: lire l’article qui l’intéresse.

En ce qui concerne la coiffure au XIXe siècle, le fond rose n’est pas désagréable et les images sont bien en lien avec l’époque correspondante (à quelques exceptions près). La chronologie de la coiffure des dames au XIXe n’est pas exhaustive. Il manque en effet certaines périodes et des détails des coiffures. Mais dans l’ensemble, on se reperd assez facilement. La distinction coiffure masculine-féminine ne se fait pas de manière précise. Grâce aux images nous savons de quoi traitera le texte associé. Dans l’introduction et dans certains paragraphes des liens hypertextes nous renvoient sur une page publicitaire vendant des accessoires en ligne. Nous avons du mal à comprendre le lien entre les mots sélectionnés et la page en question. De plus cette page ne s’ouvre pas dans un nouvel onglet, le lecteur ne doit donc pas se laisser prendre au piège, au risque de ne pas finir la visite du site.

Revenons au sujet de l’article. La coiffure des femmes est un thème assez particulier et compliqué. L’introduction aide à avoir un aperçu général des effets que les différents courants artistiques et politiques ont eu sur les cheveux. Par exemple, le style néoclassique influence la mise en place des coiffures "à l’antique", boucles sur le front et cheveux remontés sur la nuque. Sous la reine Victoria, surtout en Angleterre, la coiffure s’adapte également: les cheveux sont remontés en tresse de chaque côté de la tête,… La création de salons de beauté arrive que bien plus tard, dans les années 1880.

Ce site est un site anglais, d’après son titre original The History of the hair’s world. Les informations qu’il apporte à notre recherche sont intéressantes puisqu’elles donnent encore un angle de vue différent sur la mode. Mais la fiabilité de la ressource peut être remise en question…

Le costume à travers les siècles

Robe à corsage s'allongeant en robe avec multiples pinces

Robe à corsage s’allongeant en robe avec multiples pinces

C’est encore un blog que nous allons tenter d’analyser et de vous présenter dans cet article. Son nom est très explicite quant au sujet qu’il traite : la mode à travers les siècles et nous retrouvons le thème que nous étudions depuis un moment : la mode au XIXème siècle. Ici, ce ne sont pas des peintures qui nous sont présentées, mais des photos classées par époque et par thème (costume masculin, féminin, antiquité babylonienne…). Chaque rubrique ne comporte pas toujours de photo de reproduction de costume d’époque (comme la rubrique des costumes antiques).

Arrivées sur la page d’accueil, une présentation assez sobre mais agréable à regarder. Le blog est assez épuré et ne comporte qu’une page et différentes rubriques classées par ordre chronologies (Antiquité, Moyen-Âge, Renaissance…) et la page se termine par les sources que l’auteur a utilisé pour écrire ses rubrique et les illustrer. Des liens nous renvoient aux sites d’où viennent les représentations de costumes (le musée Galliera…). Enfin, l’administrateur de ce blog nous donne la possibilité de le contacter par mail pour des questions, des remarques que dont nous voudrions lui faire part.

Le web master de ce blog fait une rapide introduction sur la page d’accueil pour nous présenter son sujet, la période qu’il a choisi d’étudier : le costume depuis l’Antiquité et jusqu’aux années 60. Il finit pas une rubrique sur les grands couturiers comme Charles Worth, Jeanne Paquin, et Paul Poiret.

Chaque rubrique est très fournie, et comporte un certain nombre d’onglets organisés par ordre chronologique. Un seul bémol que nous pouvons soulever, le très grand nombre de rubriques et d’onglets qui peuvent parfois nous perdre dans nos recherche. Nous pouvons nous demander au bout d’un moment où nous en sommes, quelles pages nous avons déjà visitées…Cependant les données sont très fournies et très intéressantes et peuvent nous faire passer outre ce « point noir ».

Nous nous attardons sur la rubrique consacrée à la mode du XIXème siècle, et plus spécifiquement sur le costume féminin au Second Empire. L’auteur de l’article remet le costume féminin du Second Empire dans son contexte historique et l’associe à la mode anglaise et à la haute couture dans une rapide introduction avant de nous présenter des photos de costumes. Chaque costume est décrit de façon détaillée, de son apparence à sa matière. Les photos peuvent être accompagnées d’agrandissements pour nous permettre de voir encore plus de détail sur la robe. Les photos de robes sont classées elles aussi par ordre chronologique ce qui nous permet de voir en image l’évolution de la mode féminine au cour du Second Empire (entre 1852 et 1870).

En revanche, aucune date de nous est donnée pour légender les photos ce qui peut être un manque dans nos recherches d’informations. En effet, même si nous savons à quelle période de l’histoire apparient chaque photo, mais sans avoir de date précise à lui associer.

Ce blog est intéressant par à son nombre fourni de photos de costumes, de descriptions et d’informations sur l’évolution du costume à travers les siècles et les différentes tendances. Pour une fois, aucune peinture n’est associée à ces tendances ou ces photos ce qui apporte une grande innovation à nos recherches.

"La mode féminine vue dans la peinture"

Image

Jean Auguste Dominique Ingres, "Baronne James de Rothchild", 1848, Mode Fin Louis Philipe – Début IIe République

En tapant les mots "mode", "peinture" et "XIXe siècle" dans le moteur de recherche Google, je suis tombée sur un blog traitant exactement de notre sujet. En sa qualité de "blog", ma première impression était assez négative à son sujet. Nous allons voir ensemble si ce site est une ressource fiable pour notre recherche de la mode dans la peinture au XIXe siècle.

D’un point de vue strictement formel, je dirai que la mise en page en colonne est assez désagréable à la lecture. En effet, au lieu de prendre la largeur de l’écran, le texte s’étale sur la longueur et nous donne l’impression que les pages ne s’arrêteront jamais. Le fond noir ainsi que les écritures roses sur le côté droit renforcent ma première impression de site "amateur". Mais ne nous arrêtons pas au côté strictement formel du site, et, voyons si le fond n’est qu’un reflet de la forme ou pousse plus loin.

L’idée principale de l’article est d’exposer de manière chronologique les différentes influences qu’a subi la mode, en s’appuyant essentiellement sur des peintures de différents peintres français et étrangers. A ce sujet, les oeuvres ne manquent pas et les reproductions sont de bonne qualité. Après une introduction assez personnelle de l’auteur, l’histoire de la mode commence sous le Premier Empire et se termine avec notre époque contemporaine.

La chronologie qui nous concerne (le XIXe dans son intégralité) est assez respectueuse de l’histoire et des événements importants qui marquent ce grand siècle. Les costumes sont restitués dans leur contexte comme par exemple "les robes de jour", "les robes du soir" ou encore "la fête impériale". Je croyais, en me concentrant sur l’abondance d’images et sur le titre, que l’article partirait des images pour retracer une évolution de la mode. Mais c’est à partir de l’histoire que l’auteur construit l’éventail de styles propre au XIXe.

La longue épopée de la mode à travers les différents courants politiques (nombreux dans ce XIXe siècle tourmenté) est très bien relatée, admettons-le. Le style adopté nous fait entrer dans l’histoire et toutes les images qui entourent le texte ne font qu’appuyer en faveur de ce qui est écrit. Rien n’est omis, en passant par l’austérité de Louis-Philippe, la création des grands magasins et la naissance de la haute couture avec Mr Worth. Cependant, il est vrai que la récurrence des termes familiers "lol" et de certains passages s’adressant directement au lecteur nous font perdre le rythme de cette longue lecture.

Le site manque peut-être de lumière et d’organisation. La chronologie par période n’est pas assez soulignée dans les titres des articles, entraînant une certaine confusion. Enfin, comme l’histoire du XIXe ne peut pas se lire en une seule fois, la présentation en colonne est assez peu recommandée lorsque le sujet recouvre une ère aussi longue…

Mis à part les problèmes de mise en forme et de "franc-parler", la construction de l’histoire de la mode agrémentée d’images reste assez complète et détaillée, en ce qui concerne le XIXe siècle. Ensuite, l’auteur s’amuse à retracer dans les grandes lignes les styles majeurs du XXe siècle, mais cela ne regarde pas notre sujet.

Chroniques de la Costumerie

Peterson Magazine, gravure de mode, 1859

Peterson Magazine, gravure de mode,
1859

Ce blog, Chronique de la Costumerie, a été créé en 2012 par une jeune femme, Julie, passionnée par la mode et les costumes d’époques. Elle a ainsi décidé, comme elle nous l’indique sur sa page « à propos » et dans ses remerciements, de rassembler des données et des informations sur le costume d’époque. Elle semble être couturière, car elle propose un certain nombre de tutoriels de réalisation de pièces de costumes à ses visiteurs.

Quand nous arrivons sur la page d’accueil, nous tombons sur une présentation agréable, simple, rassemblant sur une même page des onglets nous proposant d’accéder aux différents articles du blog. Sur la bande en haut de cette page défilent différents articles plus spécifiques sur les métiers se rapportant à la mode, sur l’histoire de la mode à travers les derniers siècles…

Cette ressource comporte 5 pages en plus de sa page d’accueil dont un lexique qui rassemble les termes compliqués du domaine de la mode, des chroniques, l’histoire de la mode et du costume, un à propos comme nous l’avons vu auparavant et une page nommée Costumes. La plupart de ces pages comporte un certain nombre d’onglets qui lui sont associés.

Même si ce blog est très complet, le très grand nombre d’onglets, qui ont des noms aux sens assez proches, peut porter à confusion et perdre un peu le visiteur dans ses recherches.

 La sidebar à droite comporte un certain nombre de Widgets : l’administratrice du blog nous donne la possibilité de partager son contenu sur les réseaux sociaux ou de suivre les actualités en nous abonnant au flux RSS… Elle nous propose aussi un sondage sur ce qui nous intéresse le plus dans cette ressource. Suit ensuite un nuage de tag assez particulier dans sa présentation mais aussi assez amusant. Quand nous descendons encore nous tombons sur des publicités, et enfin sur des sites amis. C’est ainsi que nous découvrons que l’administratrice du blog possède aussi un site internet, Precious Rags, et un atelier de confection de costumes d’époque.

Le texte sur lequel nous allons nous arrêter est l’onglet nommé la mode victorienne que l’on trouve sur la page histoire de mode défilant en haut de la page d’accueil. L’article porte donc sur la mode victorienne qui va de 1837 à 1901 environ et qui correspond au règne de la reine Victoria, reine d’Angleterre (d’où le nom du courant). La mode victorienne est mise en relation avec le courant artistique romantique par des auteurs romantiques britanniques. L’auteur de cet article parle principalement de l’Angleterre, car c’est de là que provient la mode victorienne, mais elle s’est aussi étendue en Europe et en Asie (notamment en Inde qui était sous domination britannique).

Nous sont ensuite présentés rapidement les différentes matières et textiles utilisés pour la confection de ces costumes (principalement des robes), puis nous accédons à des parties sur la mode féminine et la mode masculine avant de finir sur la mode victorienne vue aujourd’hui.

L’article est organisé selon quatre grandes parties chacune composées de sous parties ce qui le rend long mais plein d’informations intéressantes et importantes dans nos recherches.

Ce blog n’est pas un site officiel, de musée ou régit par le ministère de la culture mais il n’en est pas moins porteur d’informations et de données pour le notre. Malgré le fait que nous ayons eu du mal à nous y retrouver, chaque donnée est précise et intéressante. De plus, l’auteur a essayé de respecter les droits d’auteurs en donnant à chaque fois ses sources, ce qui facilite encore plus nos recherches.

La vogue du corset au XIXe

Image

Après avoir épuisé tous les sites parlant des différentes expositions sur la mode, les ressources officielles se font peu nombreuses. C’est pourquoi nous allons traiter ici d’un blog créé par une certaine Tiphaine. Ce site s’appelle "le costume dans tous ses états". Sur la page d’accueil du blog nous trouvons des renseignements sur toutes les expositions actuelles traitant du costume. Mais cette dénommée Tiphaine écrit également des articles plus spécifiques comme par exemple "la vogue du corset au XIXe". Elle retrace de manière chronologique les différentes tendances du corset tout au long du XIXe siècle.

La présentation générale du site est claire, agréable à lire. Le texte se déroule en colonne et donne une fausse impression de longueur. Chaque tendance de corset est agrémentée d’une illustration, aidant ainsi le lecteur à se repérer visuellement.

Cette chronologie du corset est particulièrement intéressante car elle réunit les différents facteurs de ce changement: économiques et industriels, artistiques et idéologiques… L’auteur distingue trois formes de corset: le corset cambré de 1850 à 1870, le corset cuirasse de 1873 à 1885 et enfin le corset droit-devant de 1890 à 1910. Le changement constant de ces corsets est étroitement lié aux différentes modes vestimentaires des femmes. Le premier, toujours d’après l’article, "diminue la longueur du buste pour accroître l’effet de la crinoline." Ce corset a pour but de souligner la taille, en opposition à la protubérance de la crinoline, comme nous avons pu le voir dans d’autres articles à ce sujet.  Le deuxième corset, dit "cuirasse", arrive avec le changement crinoline-tournure. Il est présent ici, dans le prolongement de la tournure, pour accentuer la cambrure au niveau des reins. Il s’allonge de plus en plus dans le courant de cette mode. Et enfin, "le corset droit-devant" ou encore "corset sans-ventre" vient renforcer l’impression de ventre plat. Les robes perdent leur ampleur au niveau des jambes et des reins, ce qui dessine une silhouette tout en courbes.

Les différents corsets sont présentés avec précision dans l’article, tout en restant facile d’accès. Les termes nouveaux comme "tournure" ou "crinoline" sont expliqués succinctement mais toujours avec un souci de vérité et de précision. Cet article reflète une étude bien menée par l’auteur. Les éléments présentés nous donnent une vision claire de ce qu’étaient ces corsets au XIXe siècle et l’importance qu’ils ont eu sur la silhouette féminine. Cependant, ce classement tripartite ne fait pas cas des nuances que la mode a apporté à ces corsets.

Ainsi, malgré le caractère non-officiel du blog, nous sentons que l’analyse est réfléchie et l’auteur passionnée par son sujet. Le texte est écrit dans un style simple et compréhensible par tous, et permet une large diffusion du savoir. Cet article ne concerne malheureusement qu’un seul aspect de notre sujet, la mode féminine au XIXe.

Le Paris pittoresque

Costumes XIXe siècle Robes, chapeaux, fillettes en 1875

Costumes XIXe siècle
Robes, chapeaux, fillettes en 1875

Le Paris Pittoresque est un site internet crée en 2000 et qui a été déposé à l’INPI. Tous les droits sont donc réservés.

On trouve en bas de page les informations nécessaires sur le propriétaire du site.

Cette ressource a pour fonction de référencer toutes les anecdotes, les bons plans, les événements qui vont avoir lieu ou qui ont eu lieu à Paris.

Quand on arrive sur la page d’accueil, on pense plutôt que c’est un blog, car un certain nombre de publicités y circulent. Quand on s’y attarde plus longuement, on se rend compte que les publicités en questions sont toutes sur des magazines historiques, ou en rapport avec l’histoire de France. Cette ressource est en lien avec la culture, et principalement la culture parisienne de ces derniers siècles.

Les différentes pages disponibles attirent tout de suite notre attention par leurs titres : Au fil du temps, Chroniques d’Autrefois, Paris illustréCes pages sont chacune composées de sous parties, d’onglets qui nous renvoient à des données plus précises, des catégories, comme le costume féminin ou la vie quotidienne.

Sur sa page Annuaire, le site rassemble un certain nombre de données et de ressources numériques sur les boutiques et bon plans qui pourraient intéresser les parisiens, ou même les non parisiens.

La page Au fil du temps, retrace l’histoire de la ville de Paris, de ses grands monuments, de ses recoins et ce depuis le temps des Gaulois jusqu’à aujourd’hui.

Les Chroniques d’Autrefois font plus précisément la synthèse du mode de vies des gens au XIXème siècle. De plus, on y trouve des précisions sur ce à quoi ressemblait la capitale durant ce siècle rempli de changements et d’événements marquants pour la ville.

Le site donne la possibilité aux visiteurs de s’abonner à un bulletin qu’ils peuvent recevoir par mail, simplement en inscrivant leur adresse mail dans un cadran. A côté se trouve un autre cadran pour permettre une recherche spécifique sur la ressource.

 L’onglet qui nous intéresse particulièrement dans nos recherches ici rassemble un certain nombre de gravures nous montrant l’évolution du costume féminin (et de la mode parisienne) entre 1794 et 1894. Pour chaque année située entre ces deux date, une ou plusieurs gravures sont proposées pour présenter la mode de l’année au visiteur, et ainsi lui permettre de voir son évolution, année par année durant tout le XIXème siècle.

En effet, le XIXème siècle a été presque aussi riche en événements qui ont marqué son histoire qu’en vagues de modes qui l’ont traversé. Les modes étaient très changeantes, et même si les deux ne sont pas forcément liés, à chaque bouleversement historique, politique ou social s’associe un changement dans la mode féminine (comme on peut voir dans le changement entre la mode sous le 1er Empire et celle de la Restauration.)

Chaque gravure est accompagnée de la date à laquelle correspond le costume, mais nous n’avons pas plus d’informations si ce n’est la nature du costume (robe, chapeau…).

Ce site est une ressource intéressante à explorer, autant pour nos recherches sur la mode féminine au XIXème siècle que pour n’importe quelle autre recherche sur les bons plans et la vie parisienne. Ces chroniques sont complètes et le site nous donne accès à beaucoup de données sur des sujets très variés. En définitive, cette ressource apporte quelque chose à quiconque vient l’explorer.

La mode au XIXème siècle, commentaire sur la page wikipédia

Image

"The Lovers: Morning Recreation", imprimé par Sarony and Major (New-York), vers 1850

A présent que nous connaissons un peu mieux notre sujet, nous allons vous présenter la page wikipédia qui concerne la mode au XIXème siècle. C’est une page « incontournable », sur laquelle on tombe forcément quand on se lance dans une recherche sur le web. Or, comme on  le sait, l’encyclopédie à laquelle chacun peut participer est critiquée à cause de cela. De ce fait, nous n’avons pas voulu nous y confronter avant de maitriser un peu plus le sujet.

La page détaille l’évolution des costumes féminins et masculins tout au long du XIXème et s’organise en neuf parties chronologiquement déterminées. Des illustrations, qui sont tirées de magasines illustrés de l’époque ou qui sont des reconstitutions de ce qu’était l’habit du XIXème, viennent éclairer le propos de l’auteur. Le tout est relativement détaillé et permet une vision d’ensemble assez claire. Les nombreux liens au sein du texte, comme il y en a souvent dans les pages wikipédia, permettent d’éclairer certains points. De plus, chaque paragraphe détaille la mode féminine et la mode masculine (qui est un peu moins prise en considération faute d’avoir autant évolué que la mode féminine). Avoir les deux en parallèle permet de se faire une image plus précise de ce temps. L’auteur ne manque d’ailleurs pas de montrer ce qui a pu influencer les goûts vestimentaires des gens de cette époque. Elle met en relation le domaine de la mode avec celui de la politique ou bien celui des arts, de la littérature etc.

Néanmoins, certaines parties sont plus détaillées que d’autre. Ainsi, la fin du siècle est moins bien décrite et peu analysée par rapport à ce qui est dit pour les modes romantiques ou empire par exemple. L’article paraît donc un peu déséquilibré à certains égards. Le paragraphe sur la mode dans les années 1870, par exemple, est construit presque comme une liste. On regrette donc que cela ne soit pas plus étoffé.

Cela étant dit, quand on jette un coup d’œil à la bibliographie, on voit qu’un seul livre est cité. C’est dommage, surtout quand on connaît le nombre d’ouvrages publiés sur la question. Le manque de ressource explique certainement ce manque d’informations.

De fait, la page est bien pour avoir un aperçu général mais manque de détails pour une étude plus approfondie et ne donne même pas une bibliographie fournie comme s’est souvent le cas sur wikipédia. Ce qui est le plus intéressant dans la page est en fait l’ensemble de liens par lesquels on est renvoyé vers d’autres articles wikipédia. Bien que tous ne soient pas très précis, pouvoir avoir l’ensemble permet de mettre en rapports les différents éléments les uns avec les autres (comme par exemple la naissance de le crinoline et son usage tout au long du XIXème, ou bien encore l’historique du châles en cachemire).

Finalement, on peut dire que la page sur la mode au XIXème est révélatrice de ce qu’est wikipédia et de l’intérêt qu’on peut lui porter dans le cadre de recherches sur un sujet: un ensembles de connaissance pas toujours très fourni, mais renvoyant vers d’autre sources ou donnant des informations qui sont parfois annexes mais qui permettent une meilleure compréhension du sujet traité.

"Evolution du costume historique au XIXème siècle" par Julie Deljéhier

Image

Vignette des costumes masculins et féminins sous le directoire©http://www.julie-d.levillage.org/histoire_costumes_19eme.htm

Pour celles et ceux qui auraient encore un peu de mal à se retrouver dans  le prolifique XIXème siècle, voici une page qui résume assez bien notre époque. La page appartient à un site, tenu par celle qui a écrit cette chronologie. Julie Deljéhier est une costumière et une maquilleuse, qui exerce ses talents dans le domaine du spectacle. Cette adresse est celle de son site professionnel, où elle présente ses travaux, ainsi que son CV, ce qui a permis de savoir qui elle était.

Au cours de nos recherches, nous avons pu constater que parmi ceux qui postaient le plus de choses intéressantes dans le domaine du costume historique, on trouvait souvent ceux qui en recréaient. En effet, ce sont eux qui sont amenés, dans le cadre d’une création fidèle à ce qu’était la réalité, à étudier sous toutes les coutures les robes et autres tenues qu’ils doivent copier. De ce fait, ils rassemblent peu à peu un grand nombre de connaissances. Julie Deljéhier que nous citons dans cet article est l’une des seuls à avoir tenté de faire une synthèse de tout ce qu’elle a appris et à le mettre à la disposition de qui voudra des informations sur la question. De fait, sa frise chronologique est très claire, ce qui n’est pas un moindre mérite quand on connaît un peu la complexité du XIXème siècle en France qui a vu défiler un grand nombre de régimes politiques différents qui ont tous amené avec eux leur lot de changements et de modes. La frise se lit de droite à gauche pour suivre le déroulement historique, et de bas en haut pour les différents domaines. Tout d’abord, en haut, est présenté le contexte historique, puis les événements marquant ensuite les mouvements artistiques et enfin l’évolution du costume. Cette dernière est résumée en huit grandes étapes, allant de la fin du VIIIème siècle aux années 1890. Une petite vignette illustre chaque période et présente les principales caractéristiques de la tenue exposée. Chacune de ces vignettes est accompagnée d’un petit texte explicatif, qui met en relation le contexte historique les évolutions sociales avec cette histoire du costume.

Le code couleur du site est fait de teintes marron et ocre qui donnent à l’ensemble une unité assez austère.  En fin de compte, on regrette simplement que l’interface du site reste assez basique, voire un peu archaïque. Cela dit, on avait aussi trouvé sur certains sites des frises chronologiques plus élaborées mais beaucoup moins claire, dans lesquelles on se perdait facilement. Ainsi, ce qui nuit à l’ensemble du site est profitable à la frise que nous avons choisi d’étudier.

Éternels Éclairs: "bienvenue à qui aime la peinture et la poésie"

Confidences, Giovanni Boldini Huile sur toile 34.9 x 26.75 cm Collection privée

Confidences, Giovanni Boldini
Huile sur toile
34.9 x 26.75 cm
Collection privée

http://www.eternels-eclairs.fr/peinture.php

En arrivant sur la première page de ce site, on pourrait se poser la question de savoir si c’est un site internet ou un blog. En effet, sa structure est assez sobre, assez sombre et agencée presque comme un blog.

Il est composé de deux pages : une sur les « poètes de la couleurs » ou plus précisément les peintres, et une sur les poètes. Ce site se veut être un lieu de  rassemblement des grands artistes de la littérature et de la peinture qui ont marqué les siècles jusqu’à  aujourd’hui.

Chacune de ces pages est introduite par une citation : la première, d’Alberti ouvre la page des peintres tandis qu’Arthur Rimbaud engage celle des poètes.  L’on comprend alors le but recherché par l’auteur de ce site en choisissant ces deux célèbres artistes pour aborder dès le début les visiteurs. C’est une ressource qui se veut compréhensible par tous car ces deux grands emblèmes de la peinture et de la poésie sont très connus.

Sur chaque page sont rassemblés un certain nombre d’onglets comportant chacun le nom d’un peintre ou d’un poète (en fonction de la page choisie). Ces artistes sont classés sur plus vieux au plus récent.

Quelques onglets sont consacrés à la présentation des grandes périodes artistiques dans lesquelles se trouvaient ces peintres et poètes. (Cubisme, poètes du 20ème siècle…)

Nous allons maintenant nous pencher sur un artiste intéressant pour l’étude de notre sujet : le peintre italien Giovanni Boldini (1842-1931). Quand on clique que l’onglet consacré à cet artiste, nous pouvons choisir entre une galerie comportant certains de ses tableaux et une biographie courte mais assez complète de cet homme. « éternels éclairs » a choisi de sélectionner certains tableaux qu’il trouvait incontournable de Giovanni Boldini pour les insérer dans cette « galerie virtuelle ».  Chaque tableau est accompagné d’un titre et d’un cartel assez complet  (date de confection, lieu de conservation, dimensions…). Entre autre, Boldini était un peintre qui aimait les scènes de la vie quotidiennes, peindre les gens en pleines action. Ainsi comme il a connu le XIXème siècle et son style vestimentaire qu’il a retranscrit dans ses peintures, son travail nous intéresse tout particulièrement. C’est un peintre qui se distingue de par son style des impressionnistes comme Renoir ou Degas mais qui est tout aussi intéressant, selon nous, à étudier dans le cadre de nos recherches.

Cette ressource n’est pas un site en rapport avec le ministère de la culture ou un musée quelconque mais il a des éléments intéressants à lire et à regarder, ainsi qu’un design sombre et sans superflus mais attrayant grâce aux images qu’il propose.